Voyager en camping-car et van en Turquie

la turquie en camping-car

La Turquie est un pays parfaitement adapté pour un voyage en camping-car, van ou même camion.

Vous avez 3 mois de visa gratuit. Vous verrez plus en détail dans cet article que les infrastructures sont bonnes, qu’il est facile de se poser avec votre campig-car, van, camion (sauf a Istambul), que c’est un pays sûr et que vous pouvez voir des choses magnifiques en restant hors de la foule touristique. D’ailleurs si vous souhaitez avoir une vision un peu moins classique de « que visiter en Turquie ? », je vous invite à jeter un œil à cet article : cliquez ici.

Passage en douane

Premièrement, restez agréable envers tout le monde. Les douaniers ne sont pas corrompus et ne demandent pas de bakchich. Si vous ne paraissez pas suspect, sans sourire forcé et que vous leur sortez 2/3 mots en Turc, ils vous laisseront passer sans fouille trop poussée.

Assurance : Il n’y a pas d’assurance spécifique à la Turquie. La carte verte couvre aussi la Turquie donc votre assurance européenne est bonne aussi en Turquie.

A savoir : Vous n’êtes pas obligé de prendre le forfait autoroute. Pourtant les douaniers vous en parlent toujours comme si c’était obligatoire pour rentrer en Turquie. Si vous ne comptez pas prendre l’autoroute, dites-leur et ils ne devraient pas vous embêter avec ça.

Anecdote : Nous avons tenté le diable à notre arrivée en Turquie. Au passage en douane, nous avions la Gopro sur le tableau de bord, qui filmait l’intérieur du véhicule, et ils l’ont vu… De plus nous avons été très méfiant, avec l’attitude qui va avec, auprès d’une personne habillée en civil qui ne semblait pas bosser aux douanes et pourtant si… Nous expliquons tout cela dans notre journal de bord :

Conduire en Turquie

Les infrastructures

En général, les routes sont bonnes, même très bonnes. Bon, il est vrai que parfois, quand l’on sort des routes principales et que l’on s’enfonce dans la vraie campagne, il y a des chemins ondulés. Ces chemins sont les pires, bien plus pénibles que des chemins de terre. Vous avez l’impression d’être assis sur des machines à laver remplies de parpins.

Il y a des feux tricolores sur les nationales, dans certains croisements dans des villages. Donc mieux vaut respecter les limitations quand l’on ne voit pas ce qui suit (comme en temps de brouillard).

La Turquie est un pays où l’on retrouve beaucoup de ronds-points mais il faut vraiment être vigilant car pas tous les Turcs savent comment les prendre et parfois la priorité est la même qu’en France, parfois elle est inversée… On a demandé à un Turc sur place la vraie règle, mais il n’a pas su nous répondre.

Nous n’avons jamais pris l’autoroute en Turquie car il faut au préalable acheter le Pass. Vu l’état des nationales qui sont très bonnes, je pense que les autoroutes le sont d’autant plus ! Mais honnêtement, je pense qu’il est très facile de se passer des autoroutes, car le réseau routier y est très bon et vu le nombre de travaux que nous avons vu, il va encore s’améliorer !

Faites attention aux dos d’âne, qui ne sont pas toujours visibles ni indiqués et qui peuvent être vraiment en forme d’une grosse bosse de dromadaire. Ils font très mal au véhicule si vous les prenez trop vite.

Prévention routière

Il faudra rester vigilant dès que vous prenez le volant (également à pied) car nous avons été témoin de plusieurs accrochages sur la route, mais aussi avec une voiture garée et même un piéton renversé en sortie de rond-point. Certains conducteurs turcs ne sont pas vigilants mais ils vont quand même vite.

L’usage des clignotants est comme dans tous les pays : le clignotant est une option régie par la loi du chao ! Parfois il est mis, souvent pas du tout. Et parfois il est mis à gauche et la voiture part à droite.

Il y a régulièrement des radars mais ils sont soit signalés, soit des panneaux vous rappellent la limitation de vitesse un petit peu avant.

Attention : Sur les routes à 3 ou 4 voix, il arrive parfois que la voie de droite soit limitée à 50 km/h au lieu de 80/90 ou 110 km/h pour les autres. Donc si vous êtes sur cette voie-là, à plus de 50 km/h, il arrive que vous soyez flashé pour excès de vitesse. Et oui, il y a des radars spécifiques pour ces voies-là. Nous avons été nous-même flashé comme cela. Nous n’avons jamais été inquiété pour cette infraction, même en sortie de pays.

Vous croiserez également souvent des contrôles de polices. Cependant, avec notre camping-car, ils ne nous ont jamais embêté. Comme s’ils avaient pour ordre de ne pas contrôler les touristes au bord des routes.

Anecdotes : Il y a beaucoup de fausses voitures de polices sur le bord des routes pour faire peur aux conducteurs. En réalité, c’est une planche de bois sur laquelle ils ont collé l’image d’une voiture de police de profil et ils ont rajouté des gyrophares qui fonctionnent sur le toit.

Stations-services et garagistes en Turquie

Il y a des stations-services un peu de partout et très régulièrement. Dans la plupart des stations, on peut demander à se recharger en eau, regonfler ses pneus et même faire quelques courses. Vous y serez régulièrement invité à rester un peu pour boire un thé (çay).

Il est également facile de trouver des stations GPL sur les grands axes et en villes.

Vous trouverez facilement des garagistes et les pièces auto qu’il vous faudra. Les petits garagistes turcs sont bons pour ce qui est de réparer des vieux véhicules (les neufs aussi mais c’est plus facile à trouver). Par exemple, vous pouvez y faire forger de nouvelles lames de suspension pour votre véhicule. Les prix sont nettement moins élevés qu’en France !

Dormir en camping-car et van en Turquie

Sécurité

C’est un pays sécurisé et sûr. Il n’y a vraiment aucun souci en campagne. En ville, il vaut mieux privilégier des parkings réellement surveillés, et non pas un « semblant » de surveillance (comme beaucoup). Les applications park4night et Ioverlander peuvent vous aider pour ça, notamment grâce aux commentaires d’utilisateurs. On était vraiment plus tranquille qu’en Europe…

Liberté de dormir ou l’on veut

Il n’y a pas de chasse aux camping-cars comme en Europe. Si vous voyez un endroit qui vous plait pour y passer la nuit ou plusieurs nuits, il n’y a généralement aucun souci. En 3 mois en Turquie nous n’avons jamais été prié de partir de notre spot.

Vu que nous étions hors saison touristique, beaucoup d’hôtels sont fermés mais cela n’a pas empêché un hôtel de nous accueillir dans sa cour alors qu’il n’y avait personne qui y vivait. Nous avions l’électricité, l’eau et même le Wi-Fi gratuit car au final ils n’ont pas voulu que nous payons quelque chose.

D’ailleurs il y a quelques airs aménagés totalement gratuites et réservées aux vans et camping-cars. Douches avec eau chaude, des bornes individuelles pour se brancher à l’électricité, des tables pour pic-nic et tout ça avec un gardien et aucune limite (théorique) de temps pour rester dans ces endroits.

Nous avons pu en tester deux et franchement c’était cool !

Il y a l’air à l’entrée de la ville de Konya (Karatay Belediyesi Caravan Park) et l’air pas loin d’Izmit, aux portes d’un petit zoo gratuit et sympa (Omanya Camp Park). Si vous en trouvez d’autres, ce serait sympa de les partager en commentaire sous cet article.

Bonus : Notre spot préféré en Turquie

A Midas Seri, c’est un endroit magnifique et perdu, très peu de touristes et au milieu de nulle part, des constructions dans les roches ! Une atmosphère et ambiance unique en son genre et clairement il faut prévoir le stock de courses avant d’y aller. Voici à quoi cela ressemble sur notre journal de bord :

Hospitalité Turque

Autant vous prévenir, si vous ne connaissez pas encore la Turquie… Vous allez être reçu… comme des rois !

Nous avons été invités énormément de fois à boire un thé avec des personnes. On nous a même invité plusieurs fois dans des familles pour manger avec eux. Et attention, vous aurez beau proposer de participer aux frais, ils se sentiront, limite, offusqués et dans la plupart des cas, ils refuseront. Mieux vaut quand même apporter soit même un peu de nourriture ou boisson, pour dire de participer sans installer un malaise a parler argent. Ils ne roulent pas toujours sur l’or et leur hospitalité est souvent bien plus importante que leurs moyens financiers.

Nous avons même retrouvé un matin, un sac rempli de gâteaux, de noisettes et un jus de fruits. Un cadeau totalement désintéressé. Plusieurs mois après, je trouve encore ça dingue !

Dernière anecdote : Un soir nous n’avions toujours pas trouvé d’endroit ou nous poser pour dormir et nous n’avions pas vu un sacré dos d’âne, du coup toutes les assiettes ont volé ! On se cale directement au bord de la route, ranger un minimum. En moins d’une minute, la police arrive, reflexe de français, on a peur ! En fait ils voulaient simplement savoir si tout allait bien, on leur explique qu’on cherche simplement un endroit pour dormir avec le véhicule. Un policier passe un coup de fil, puis nous dit de les suivre. Nous sommes escortés par la police qui nous amène a un endroit plat et plutôt tranquille pour passer la nuit. Trop cool !

 

Besoins primaires

Vous n’aurez aucun soucis à trouver des points d’eau pour vous recharger. Entre les robinets en stations-services, en villes. Les sources un peu de partout et les robinets pour se laver les pieds aux endroits de prières. Vous avez l’embarras du choix.

Concernant la nourriture, vous pouvez faire vos courses dans des supermarchés. Mais aussi dans des marchés en villes, les prix y sont encore plus interressants !

 

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser en commentaire pour que tout le monde puisse en profiter !

N’hésitez pas à nous suivre sur Instagram, Facebook et Youtube pour suivre nos aventures et reportages dans le monde !

Pin It on Pinterest

Bon article ? Utile ?

Gratifiez-nous d'un "like" ou partagez-le à vos amis, merci ! Une question/remarque ? Écrivez en commentaire ;)